Les travaux artistiques de Joseph Kieffer


Paul Spooner nous fait découvrir et décrypter l'art de Joseph Kieffer.
 http://josephkieffer.blogspot.fr/


«Le vrai mystère du monde est le visible, pas l’invisible» Oscar Wilde 
Un artiste comme joseph Kieffer se distingue en nous apprenant des choses que nous savons déjà; qu’une bétonnière est un bison, qu’une girouette est une légende, que nous sommes argile humide, fondant vers notre boue originelle. La plupart d’entre nous a besoin qu’on lui rappelle ces vérités. C’est encore meilleur quand la leçon est dite avec clarté et humour. 
Dans sa quête, Joseph part faire la rencontre des complexités du monde et revient avec
des messages pour chacun. Ces messages sont compréhensibles parce qu’ils sont faits de matière connue, déjà manipulée physiquement et mentalement.
Quand une main mécanique empoigne une main humaine, un circuit se boucle dans lequel chacun reconnait l’autre. Un signal passe du progéniteur du mécanisme à l’esprit du joueur. Les matériaux utilisés par l’artiste sont alors livrés aux autres pour qu’ils les mesurent, les soupèsent, en déchiffrent l’histoire avec leurs sens.
Dans un processus que Joseph appelle «apprivoisement mutuel», le public s’engage dans une lutte avec un serpent fait de tranches d’aggloméré suspendues par des cables dans une interaction qui permet au joueur de deviner ce que pourrait ressentir cet objet.
Un pêcheur, dont le plaisir est de traîner une cabane sur la glace, creuser un trou dans la glace et extirper les poissons du trou -son esprit devient un autre objet d’illumination, par l’intelligente et humaine intervention de l’artiste.
Joseph lui extirpe ses histoires, et dans un acte qui coîncide avec la capricieuse entreprise du pêcheur, il pose une fioriture sur sa cabane.
Quelques artistes sont capables, bien que pour un très court moment, de faire sembler par- faitement compréhensible l’énorme mystère du monde.
Paul Spooner






http://josephkieffer.blogspot.fr/2013/09/des-flowers.html



Souvent donc, il y a pour le public un effort à faire pour que «ça fonctionne». Le regardeur devient acteur, et animateur, et sʼanime. Au-delà du style, du médium, du temps passé à la fabrication existe un impératif: il faut que ça marche, et si possible, que ça galope.
Mes projets vont dans ce sens, celui de la marche. Joseph Kieffer


 http://josephkieffer.blogspot.fr/



.